Nos compétences, nos valeurs pour mieux vous accompagner.

Les DIV expriment ici leur avis de professionnelles de la nutrition.

 

 


Vitamine D + soleil :
Les carences sont-elles possibles en Suisse ?


La vitamine D3 a deux origines : la première par l’alimentation et la deuxième par la synthèse cutanée. On estime que 80% à 100% de nos besoins sont produits grâce au rayonnement UVB.
Ces derniers temps, la littérature internationale est très productive de travaux désignant l’importance de la vitamine D tant pour la minéralisation des os, des dents, la force musculaire que pour les maladies auto-immunes, cancéreuses et cardiovasculaires. Ces travaux montrent clairement l’importance de la carence en cette précieuse vitamine. Mais est-elle possible sous nos latitudes ?
Malheureusement, oui, plus que ce que nous imaginions jusqu’alors…

Les facteurs de risques

Le vêtement couvrant est confirmé comme facteur de risque principal de carence. A ceci s’ajoute à moindre risque, une faible exposition au soleil, l’utilisation de crème solaire, de ne pas faire d’activités à l’extérieur régulièrement (ballade quotidienne, jardinage, sport à l’extérieur etc.) et de totaliser un faible apport nutritionnel en vitamine D.

Les conséquences d’une carence

Outre les facteurs de risque présents, comme toujours, ce sera par l’observation de certains symptômes que l’hypothèse d’une carence en vitamine D sera posée. Les conséquences les plus probables se font notamment ressentir par une plus grande susceptibilité aux rhumes et refroidissements, de la fatigue, une faiblesse musculaire, des douleurs dorsales, une fragilisation osseuse, une tension artérielle élevée et une tolérance accrue au glucose.

Si un doute vous apparaît, le but serait de connaître votre taux sérique (prise de sang) en vitamine D, en prenant rendez-vous chez votre médecin.

Les recommandations alimentaires

On évalue à 50ug par jour les besoins totaux en vitamine D pour une personne adulte. On estime en moyenne que 90% seront produits grâce aux rayonnements UVB. C’est pourquoi les recommandations d’apports alimentaires sont très basses : 5ug pour les adultes de moins de 60ans. Et pourtant, selon le rapport sur la nutrition en Suisse, ces 5ug ne sont pas atteints.
La vitamine D provient des aliments d'origine animale comme les poissons gras (hareng, saumon, sardine), le foie de poisson, le jaune d'œuf et les produits laitiers entiers.

Et si cela ne suffisait pas…

La supplémentation

Après diagnostic chez votre médecin d’une carence, la prescription de vitamine D médicamenteuse peut s'avérer nécessaire. Les personnes âgées sont spécialement à risque puisque leur production de vitamine D par la peau diminue de 4 fois avec l’âge. De plus, il est reconnu qu’une supplémentation chez la personne âgée diminue les risques de chutes et de fractures.
A noter encore, que cette précieuse vitamine améliore l’absorption intestinale du calcium. Il est donc souhaitable, lors d’une prise d’un complément calcique de le prendre en combinaison avec de la vitamine D.

Pour le groupe DIV, Hélène Schoeb Germano, Diététicienne Dipl. ES, juin 2010.


Références :
- Médecine et Nutrition. « L’hypovitaminose D chez les femmes jeunes : une réalité sous-estimée ». Cahiers de nutrition et de diététique (2009) 44, 264-272
- Rubrique professionnelle, SVDE ASDD Info 2/2010 « Se détendre au soleil-la vitamine D »
- Congrès ASDD, Lausanne 23-24 avril 2010 « Vitamin D-ein Multitalent » Prof. Dr. Med Heike A. Bischoff-Ferrari.
- www.sge-ssn.ch

Diététicien-ne-s diplômé-e-s ES/HES Vaud - Site Internet créé par Ways